Pourquoi parler de design d’engagement ?

Les offres passent et ne restent pas longtemps. Ou très peu. Le cycle de vie des produits n’a pas arrêté de décroître dans l. Quelques noms subsistent (Coca-cola, Chanel n°5, i-phone…) pour signifier les exceptions rares d’un monde de l’obsolescence et du zapping.

L’attachement des gens est très versatile. On vit une époque « liquide« . Il est compliqué de s’adosser à des pratiques, à des cultures, à des habitudes de consommation.

Les gens veulent participer et s’investir. mais ils sont baignés de contradictions. De contraintes paradoxales.

Pour construire un fil durable et magique si possible, il faut « soigner » la relation que les individus veulent construire. Ou que vous souhaitez installer en tant que créateur de startup.

La pensée design est donc très utile  : il est nécessaire de l’adapter à ce qui constitue le terrain de jeu le plus essentiel de nos sociétés. Les relations, qui se font et se défont.

Un-e youtubeur-euse est un acteur-actrice qui sait naturellement appréhender le design d’engagement: il-elle est capable de se faire suivre par des centaines de milliers de personnes. Et de déclencher de l’achat quand il-elle décide de « pousser une offre ». Ce youtubeur-euse ne fait pas que nourrir un besoin. Il-elle trouve la forme qui va avec. Il-elle converse avec ses publics, voire interagit directement avec eux autour d’expériences spécifiques. Cette gamme d’outils alimentent donc un design d’engagement qu’il-elle travaille pour adapter ses interactions au service de l’engagement qu’il-elle s’efforce de susciter.

Le design d’engagement, c’est donc travailler avec le public d’une organisation, pour développer ce qui lui permet de se sentir proche (du projet), lui permettre d’interagir, de développer l’envie et les possibilités de contribuer. 

C’est une rupture totale avec le monde du marketing classique et de l’entreprise pré-21ème siècle : on ne cherche plus à pousser une offre qui répond à un besoin préidentifié. Il s’agit de créer de la relation qui va pouvoir occasionner des ventes de différentes offres cohérentes avec l’ADN partagé. Mais aussi toute une gamme d’actions / contributions qui revisite la façon dont l’activité est pensée et le rôle de chacun. Une relation inspirante qui va générer des comportements positifs.

cc pixabay

 

Pour nourrir ces actions, il faut concevoir des expériences fortes qui vont 1/ incarner votre projet et 2/ générer du vécu positif. L’expérience est le premier des média aujourd’hui. Ses défis sont immenses et tout porteur de projet doit pouvoir s’emparer des enjeux du design d’expérience.

Il est aussi nécessaire de travailler le sens. A la fois dans l’intime des publics, hors de leur parcours d’achat (car c’est souvent là que se trouvent des « pépites » en terme de compréhension), mais aussi dans le projet sociétal et son ambition pour changer le monde. Ces éléments ont un fort pouvoir engageant quand ils sont bien conçus et intégrés dans le bon contexte.

Il est facile de tomber dans un « effet centrifugeuse » quand on cherche à exister de manière agile. Mais, le meilleur moyen d’éviter tout parasitage dans la relation, est de travailler son « continuum » :

  • Chaque parcours d’expérience client doit être le plus fluide possible. Les liens entre les différentes expériences doivent être le plus fluide. Le lien entre les expériences passées, présentes et à venir, tout aussi bien. Et quand bien même la persona du client changerait pour une autre. Ces passerelles là doivent être anticipées, accompagnées, optimisées pour être véritablement inspirantes.
  • La prise en compte aussi de l’évolution des personnes doit être pris en compte pour qu’elles soient accompagnées. Il ne faut pas oublier qu’un être humain évolue. Et qu’il-elle amène toujours de la gratitude à ceux et celles qui lui permettent d’évoluer.

Enfin, le travail de communauté est aussi essentiel dans un monde qui cherche à se revisiter en « tribu choisie ». Mais, le tout est de comprendre SA logique de communauté. Il faut donc travailler à son émergence, à sa qualification, à sa valorisation.