3/L’atelier du mojo

Comment faire pour travailler son mojo, l’actif le plus important des startup ? Plusieurs angles d’attaque existent :

Tout d’abord, il est possible de questionner l’ADN de son activité. En ce sens, trois triptyques sont à interroger :

Votre « tremplin »

Pour installer son mojo, la première chose à faire est de mettre les publics sur le chemin d’un nouveau mood. C’est à dire prendre en compte leur contexte et le détourner puis le mettre sur une route plus « porteuse », sur laquelle ces gens pourront voir une nouvelle perspective.

Le but de cette étape est donc de simplifier la vie des gens tout en la détournant, de les mettre dans un mieux -être tout en respectant leurs trajectoires. (la suite)

Votre « coeur » 

Une fois que vous avez impulsé un premier tremplin dans la vie de vos publics, vient le temps de nourrir leur « Coeur » de votre histoire naissante. Toute relation a besoin en effet de se nourrir d’ingrédients forts, à commencer par ce qui constitue une expérience centrale. Le design d’expérience va jouer un rôle important.  Le but de cette étape est d’installer une ou plusieurs expériences centrales qui vont constituer un momentum dans la vie des gens, un moment fort et de bascule qui changera leur vie. (la suite)

Votre « trace » 

Après avoir questionné votre « tremplin » et votre « coeur », voici venu le temps de la « trace » : quelle trainée positive laissez vous à la sortie de vos temps forts ? C’est un temps essentiel qui va permettre (ou non) de solidifier l’enthousiasme de vos publics. Et de garantir l’appropriation de votre offre, ce qui est un enjeu essentiel dans l’économie de l’innovation. (la suite)

Ces 3 axes constituent une approche stratégique du « mojo design ».

Ensuite, vous pouvez questionner des situations-clés à travers des accélérateurs : ces mojo-tips ont une approche plus tactique.

Vous pouvez trouver une typologie de situations et de solutions dans les pages « Mojo-tips » et « Cases-studies« .

Que le mojo soit avec vous !